Livre : « Enseigner l’histoire de l’immigration à l’école »

Rapport d’enquête sous la direction de Benoit Falaize avec Olivier Absalon et Pascal Mériaux

Rapport de l’Institut national de recherche pédagogique (INRP) réalisé sur une commande de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration (CNHI).

« … les mémoires de l’histoire ne cessent de frapper à la porte de nos sociétés européennes comme des salles de classe depuis plusieurs années maintenant. Elles le font avec d’autant plus de force que s’est ouvert, depuis une vingtaine d’années maintenant, un champ de réflexions réévaluant le passé national, débarrassé d’une vision unilatérale de l’histoire. Ce moment critique est renforcé par des remises en cause critiques venant à la fois du champ scientifique et de son renouvellement, tout autant que de la société tout entière. Dans ce maelström mémoriel, l’école est régulièrement sollicitée. Et plus encore, l’histoire à l’école est convoquée. Comme disait Abdelmalek Sayad, c’est en temps de crise que l’on demande à l’histoire de dire le vrai et surtout, de dire la reconnaissance, la dette, la dignité. Car ce qui se joue dans les revendications mémorielles d’aujourd’hui, c’est cette volonté, par-dessus tout (parfois au risque de l’histoire elle-même et de ses principes) de voir intégrée une histoire singulière à l’histoire nationale et européenne tout entière. Il y a deux façons de voir ce moment de mémoire : soit on s’en inquiète, et l’on fustige, parfois avec pertinence, les dérives communautaristes qui sont à l’œuvre ou que l’on croit voir à l’œuvre ; soit on s’en félicite, en gageant que cette demande de reconnaissance des personnes est la promesse pour elles d’être enfin « intégrées » à la Grande patrie, comme disaient les républicains de la IIIe République. … »

Lire le document
Lire la synthèse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour